Qu’est-ce qu’un expert en sol ?

Blog

Est-ce que les azalées dans le jardin ne veulent pas savoir qu’ils vivent plus d’un an, comme le font les camélias et les rhododendrons ? Les pêchers sont-ils d’abord stents et fondus les feuilles, puis, dans les 3 ans, meurent ? Lavande, sauge et romarin, deviennent déjà de beaux buissons, soudainement au milieu du printemps, ils sèchent tous avec un coup désespérément ? Les causes peuvent évidemment être infinies, liées à la chaleur et au froid, trop ou peu d’eau, soleil ou ombre, etc.

Mais on pense rarement que la cause est « à la racine », c’est-à-dire le sol du jardin … Mais c’est simple : les azalées, les camélias et les rhododendrons sont des plantes acidophiles, et ne vivront jamais sur des sols basiques ou calcaires ; les pêchers ne résistent pas aux sols siliceux ou argileux ; les aromatiques ligneux, d’origine méditerranéenne, sont très sensibles aux stagnations hydriques des sols lourds et asphytes…

Le sol im… parfait

Disons tout de suite : le sol La pâte parfaite, moyenne, fertile mais pas trop riche, bien structurée avec un petit pourcentage de squelette (grains d’éboulis ou similaires) mais sans pierres, bien drainé mais pas lâche, avec un pH neutre, abondant en minéraux et en humus etc., est très rare. Aussi vouloir « construire à une petite table », dissoudre le sol pendant 50 cm et le remplacer par une bonne terre ajoutée à des éléments bénéfiques, plus d’une décennie à la plupart des événements atmosphériques naturels provoquera une chasse d’eau et un mélange tel que la terre sous-jacente imparfaite aura le dessus.

Cela ne signifie pas jeter dans la serviette et renoncer à toute forme d’amélioration, ce qui est toujours possible, mais plutôt accepter la nature de votre sol et s’adapter aux plantes que vous voulez résider. Autrement dit, il est inutile de ne pas vouloir cultiver de l’acidophile sur une terre calcaire, ainsi que des aromatiques sur des sols humides, préférable de changer les plantes en choisissant ceux appropriés pour le calcaire ou la terre mal drainée.

La Terre Royale

Il n’existe pas, ou presque, le sol parfait, en provient que dans 99% des cas, le substrat aura des connotations précises qui le rendent adapté à certaines catégories de plantes, et inadapté à d’autres . Dans certains cas, cette sélection, et même avant le type de sol, saute immédiatement à l’œil : c’est le cas d’un sol asphyte parce qu’il est humide et mal drainé, ou d’un pierreux ou graveleux, des situations peuvent être trouvées par n’importe qui simplement en les regardant.

Dans d’autres cas, le sol ne présente pas d’anomalies visibles, mais certaines plantes se stentent ou meurent : il est probable qu’il s’agisse d’un problème de pH (acidité ou basicité) ou d’une carence d’un certain minéral, ou d’un manque d’humus, ce qui, en plus de donner de la nourriture, fait le chemin de la racines plus moelleuses, ou de l’excès de sable qui le fait glisser loin profondément l’eau sans que les racines soient capables de l’absorber, et loin de parler.

Cependant, même quand il n’y a pas de plante qui meurent et, en effet, les plantes poussent plutôt bien, vous devez savoir comment le sol est fabriqué, surtout si vous voulez attribuer une partie de celui-ci à des catégories caractéristiques de plantes telles que l’horticulture ou portant des fruits, qui ont des besoins différents de ceux des buissons à fleurs et les plantes annuelles en fleurs…

Comment le sol est fait

Un sol est constitué de facteurs physiques, d’éléments chimiques et de paramètres. Les facteurs physiques comprennent le tissage, la structure, la perméabilité et la capacité de l’eau et de l’eau, qui reflètent tous la capacité des plantes à absorber l’eau et les nutriments.

tissage Le est la taille du grain du sol, c’est-à-dire la taille des particules solides qui composent la terre. Ceux-ci se classent en fragments et cailloux (25-10 cm), graviers (10-5 cm), graviers fins (50-2 mm), sable (2-0,02 mm), limon (0,02-0,002 mm), argile (<0,002 mm).

structure La est la relation entre les espaces libres et les espaces occupés par les particules de sol et affecte la perméabilité du sol à l’eau et à l’air. Les sols à structure compacte (c.-à-d. où les particules s’agrégent), très argileux et peu perméables empêchent la pluie de pénétrer, ce qui la rend indisponible pour les plantes. Au contraire, les sols très poreux, faits de sable ou de gravier fin, permettent une large entrée d’eau qui s’écoule rapidement vers le bas à travers les espaces libres, atteignant immédiatement l’aquifère de la nappe phréatique en profondeur, où seules les racines les plus longues viennent aux poissons (par exemple celles de nombreux arbres). Enfin, il y a les sols moyennement poreux (ou moyennement lâche) qui permettent un écoulement capillaire de l’eau, qui descend lentement, restant pour Longtemps disponible pour les plantes : on dit qu’elles ont une bonne capacité d’eau.

sols très poreux (formant de grands blocs de particules laissant des espaces libres) possèdent une plus grande capacité aérienne Les (c’est-à-dire la capacité de l’air à pénétrer entre les particules) que les sols compacts ou inondés. Si la capacité de l’antenne est faible, seules les plantes résistantes à un degré plus ou moins élevé d’asphyxie radicale peuvent survivre, et vice versa.

Leséléments chimiques sont lesminéraux qui se trouvent couramment dans la terre : l’azote, le phosphore, le potassium, le calcium, le magnésium, le fer, le soufre et tous les autres éléments mineurs (microéléments). Chaque sol les a fournis en quantités différentes, mais il peut aussi être presque exempt d’un ou de plusieurs éléments, qui doivent donc être reconstitués artificiellement. Dans d’autres cas, un élément (par exemple le fer ou le magnésium) peut être présent, mais il n’est pas disponible pour les racines pour le présence de quelque chose qui entrave son absorption (par exemple un excès de calcium). Il arrive aussi qu’un sol manque en éléments essentiels, mais riche en humus, c’est-à-dire en substance organique qui descend lentement dans les éléments individuels (une sorte de « chèque postdaté »), qui deviendra présent et disponible dans quelques mois.

Enfin, parmi les paramètres chimiques , le plus important est sans aucun doute le pH.

Le pH, cette inconnue

Ce symbole mystérieux exprime la mesure de l’acidité ou de la basicité d’un sol. C’est précisément un paramètre chimique, variant de 0 à 14, égal à 7 dans le cas d’une réaction parfaitement neutre, inférieur à 7 pour les réactions acides, supérieur à 7 pour les réactions basiques ou alcalines. Il est important de connaître la mesure du pH de son sol car de nombreuses plantes possèdent une adaptation à un environnement acide ou basique. Par exemple, la bruyère ne vit que sur sol acide, tandis que le thym s’adapte plus à un substrat alcalin.

La mesure du pH peut se faire à la maison, empiriquement et avec un degré d’approximation assez élevé, en utilisant les cartes appropriées « test de tourbillon » pour être immergée dans une solution aqueuse – sol : la couleur prise par la carte donne l’idée du degré d’acidité/basicité du sol.

Également au niveau empirique, un technicien tel qu’ un arpenteur agraire ou un agronome peut évaluer l’effervescence d’un sol, c’est-à-dire sa teneur en carbonate et donc sa tendance à la basicité, baignant un échantillon de sol dans un petit récipient avec quelques gouttes d’acide chlorhydrique dilué. Cependant, je ne recommande pas ce test en mode bricolage, soit parce qu’il peut s’avérer très dangereux de manipuler des substances acides, soit parce que vous avez besoin d’un expert pour interpréter le résultat du test.

Analyses de laboratoire , basées sur l’utilisation de « PhMètres », instruments avec une électrode spéciale à immerger dans une solution d’eau et de sol, sont les plus précis, indispensables lorsque par exemple vous voulez planter un verger avec plus de 10 arbres d’espèces Différentes : l’investissement dans le temps, l’argent et l’attente du résultat (la récolte !) est telle qu’elle justifie également les dépenses (et non excessives) des analyses de laboratoire. Entre autres choses, il y a maintenant des « PHMeters » à vendre — dans des consortiums agraires ou en ligne — aussi pour un usage privé (amateur), avec un bon degré de validité instrumentale.

En dehors des tests de laboratoire et des essais sur le terrain, il n’existe pas d’autres méthodes de détermination du pH. Cependant, vous pouvez avoir une idée discrète de la tendance acide ou basique du sol à partir de sa classification et de son type  : les sols tourbeux seront acides, tandis que les sols calcaires seront basiques, par exemple. Connaître le type de sol Des cartes spéciales (appelées « cartes pédologiques ») sont déposées dans la Région dans les bureaux du Service cartographique et sont en partie accessibles au public. À partir de l’analyse d’un document de classification du sol, un technicien expérimenté peut comprendre à quel type il appartient et donc probablement tracer ses lignes de pH.

Analyse empirique du sol…

En plus des analyses empiriques du pH qui viennent d’être énumérées, et de l’observation de la stagnation de l’eau (sol asphytique) ou du squelette grossier (présence de galets et de graviers), une autre conclusion sur votre propre terrain simplement à l’œil et à mains nues.

Par exemple, quand il n’a pas plu depuis longtemps et que la terre est parfaitement sèche, si vous le regardez, vous voyez de larges fissures bordant les îles de terre compacte, impossible à détacher avec vos mains, ce sol sera argile ; si au lieu de cela les fissures sont minces et essayer de prendre la terre qui s’effrite immédiatement, le sol est sableux ; si la condition est intermédiaire (fissures ni petites ni grandes, sol qui obtient des fatigues mais s’effrite peu), c’est une terre limoneuse.

Les mêmes sols, en cas de pluies abondantes , apparaissent : l’argile argileuse semblable à l’argile à façonner, le sablonneux également susceptible de s’écailler facilement, le limoneux assez cohésif comme l’argile mais capable de s’écailler mais pas facilement.

Si les plantes sont facilement malades avec la chlorose (décoloration des feuilles de feuilles qui gardent les côtes vertes), cela signifie que la terre est déficiente en fer (ou en magnésium si la décoloration affecte seulement les vieilles feuilles basales et seulement les marges de la feuille) ou qu’elle abonde en calcium tenant le fer ou magnésium saisi.

Si toutes les plantes acidophiles , quoique cultivées avec tous les chrymes requis par cette catégorie de plantes, mourir sans relâche, sûrement le pH sera au-dessus de 7.

Enfin, il existe des kits d’analyse des sols normalement vendus dans des consortiums agraires : seules les données de base telles que le pH et l’azote, l’allocation de phosphore et de potassium (et en proportion, elles coûtent beaucoup par rapport à l’analyse standard en laboratoire).

et le laboratoire

L’ analyse du sol effectuée en laboratoire donne la garantie de « radiographier » votre propre mouchoir de terre, sachant exactement comment il est fabriqué et ce qu’il contient , permettant ainsi de planter les plantes les plus appropriées (ou de faire des corrections appropriées, voir ci-dessous).

Ce type d’analyse est fortement conseillé si vous voulez planter un verger (plus de 10 plantes) pour les raisons énoncées ci-dessus, mais même si le jardin est vaste et sont compris planter de nombreux arbres . Ils sont en fait, les plantes avec les racines les plus étendues souffrent le plus de la nature du sol, et sont aussi les plantes les plus chères : pour économiser une centaine d’euros, vous courez le risque, si le sol est inadapté, de jeter 4-500 dans les jeunes plants qui meurent rapidement… Je recommande une analyse de laboratoire aussi pour la plantation de plantes acidophiles seulement, bien qu’il soit connu dans quelles régions de l’Italie le sol est acide de la nature (Préalpes occidentales, Grands Lacs du Nord de l’Italie, Haute-Toscane) : si le pH n’est pas trop basique, la correction peut être tentée…

Les données requises pour connaître la nature du sol sont la taille du grain, le pH, la salinité, le calcaire total et actif, la capacité d’échange de cations (CSC), la substance organique, l’azote total, le phosphore assimilable, le potassium échangeable, le magnésium et le calcium, les microéléments assimilables (fer, manganèse, bore, zinc et cuivre). Les meilleurs laboratoires fournissent également l’interprétation des données obtenues et un résumédu plan de fertilisation , c’est-à-dire quels engrais doivent être fournis et en quelle quantité, ou correction, c’est-à-dire quelles substances faire pour corriger des anomalies évidentes.

Les noms des laboratoires se trouvent sur les Pages Jaunes sous la rubrique « Analyses chimiques, industrielles et matières premières », ou sur le web via un moteur de recherche en tapant « analyse des terres de laboratoire » et votre région. Les prix pour ce type d’analyse commencent à 100€ et plus. C’ est de l’argent bien dépensé au cas où vous voulez planter des arbres parce que, comme nous l’avons dit, ce sont des plantes qui doivent occuper l’espace pendant des dizaines d’années et éventuellement produire des fruits : il vaut la peine de savoir « dans quelle maison » ils doivent vivre, en s’adaptant ainsi aux espèces et aux porte-greffes.

Dans le cas des acidophiles, ou plus simplement si vous voulez avoir une idée Type de sol générique, vous pouvez demander l’analyse standard , qui comprend le pH, la salinité, le calcaire, le CSC, l’azote, le phosphore, le potassium, le magnésium et le calcium. Vous devrez interpréter les résultats, mais la dépense est d’environ 50 euros.

A chaque sol ses plantes

Une fois que les résultats des analyses sont obtenus, si le laboratoire présente des anomalies par rapport aux valeurs « normales », deux choix sont possibles : intervenir en corrigeant les valeurs aberrantes pour pouvoir élargir la gamme des espèces végétales ou ne rien faire et placer des plantes compatibles avec des anomalies.

Correction (voir ci-dessus) n’a de sens que si les facteurs physiques ou les éléments chimiques ne s’écartent pas trop de la norme : même en ajoutant des substances correctives, la modification durera quelques années, parce que la nature du sol a toujours tendance à avoir le dessus, encore plus si le la correction est très « poussée ».

Se livrer à la nature du sol est souvent le choix le plus logique et rentable , à la fois pour les fleurs et la fructification, et économiquement (vous évitez la morie des plantes inappropriées). Il s’ensuit que sur les sols à pH acide ou sous-acide vivra bien que les acido-basiques, ainsi que sur le sol très basique (PH≥8) résistent aromatiques et certains arbres fruitiers tels que la pomme, la cerise, l’abricot etc Les sols faiblement drainés sont des plantes confortables qui ne craignent pas l’asphyxie des racines, et vice versa sur les très lâches devraient être mis espèces avec de faibles besoins en eau, résistant à la sécheresse. Malheur à mettre les légumes-racines sur des sols compacts ou pierreux, où au lieu de cela les arbres « frugaux » tels que le pin, le figuier, l’olivier, la vigne, le bagolaro et les aromatiques ligneux vivaces prospèrent.

En substance, la connaissance de son sol permet d’aller presque « en toute sécurité » dans le choix des plantes, obtenant dans un court laps de temps un espace vert « bien habité » et évitant de gaspiller de l’argent sur des spécimens qui ne vivront pas.

Sol argileux, le plus répandu

Ce type de sol est visuellement reconnu par la tendance à former de larges fissures à la surface, qui continuent profondément. Prenant une chaussette humide dans sa main, un cylindre de type pâte à modeler est obtenu, ce qui n’est pas friable. En laboratoire, un sol s’avère être argileux quand il contient plus de 40% d’argile. Sous la houe ou avec la bêche, il est très « lourd » de travailler parce qu’il est difficilement ouvrable.

Un bon sol argileux est uneexcellente réserve d’eau et de nutriments . Mais si le pourcentage d’argile est trop élevé, l’eau a du mal à se propager, ou elle tombe profondément dans les crevasses, qui à son tour — formant — arrachent les racines.

Le sol argileux ne peut pas être corrigé, mais seulement une amende

(c’est – à – dire amélioré) avec des quantités de sable ou de tourbe proportionnelles au pourcentage d’argile, mais jamais excessives, afin de ne pas le rendre trop poreux ou ne pas l’acidifier. La quantité exacte d’immendant à faire est obtenue en laboratoire au moyen d’une analyse du sol.

plantes Les qui résistent et, en effet, prospèrent, sur un sol argileux sont bagolaro (Celtis australis), robinia (Robinia pseudoacacia), roverella (Quercus pubescens) et farnia (Quercus robur), tous deux chênes à croissance lente, charmes noirs (Ostrya carpinifolia) et orniel (Fraxinus ornus ornus), mais élégant robuste. Mais le plus important, le sol argileux est parfait pour rose !

Cependant, la plante doit être bien soignée  : le trou doit être suffisamment profond pour contenir un bon drainage (15 cm de gravier), deux à trois palais de fumier mature, une couche de loam et enfin le système racinaire du semis.

Au cours des 2-3 premières années, vous devez arroser copieusement pendant le printemps-été, s’il ne pleut pas : le sol argileux, qui a grandi en hiver, devient avare d’eau pendant la bonne saison, mettant en danger la survie des jeunes plantes qui n’ont pas encore développé profondément dans le système racinaire.

Échantillons de sol pour

  • L’ échantillonnage des échantillons de sol doit être effectué avant l’implantation et toute fertilisation ou désherbage. Il doit être effectué lorsque le sol est en tempera , qui n’est ni trop humide ni trop sec.
  • Les bords de la parcelle et toutes les zones où des anomalies sont indiquées (par exemple, terrain de couleur différente ou sujet à la stagnation de l’eau, etc.) doivent être écartés . Sur de vastes extensions, vous devez faire un retrait tous les 1000 m², mais dans le cas de petits espaces, vous pouvez augmenter jusqu’à un prélèvement tous les 100-150 m².
  • Chaque échantillon individuel doit être prélevé par écaillage avec une bêche les 5 premiers cm de terre, puis niveler la terre suivante jusqu’à ce qu’elle atteigne 30-40 cm de profondeur, puis une tranche de terre est détachée, 2-3 cm d’épaisseur, sur le côté du trou, à partir verticalement de la surface et jusqu’à la profondeur atteinte.
  • Vous pointez la tranche dans un seau sec et émiettez la terre en essayant d’éliminer toutes les impuretés. Nous procédons en effectuant autant de retraits que prévu selon la superficie, en les déchiquetant, en les purifiant et en les mélangeant bien ensemble. Resceller les nids de poule avec la terre d’excavation résiduelle.
  • 2 kg de sol sont prélevés dans ce mélange, à placer dans un sac hermétiquement fermé et à livrer au laboratoire d’analyse le plus tôt possible afin d’éviter que le substrat ne change.

Comment corrigez-vous le pH ?

  • Une fois que la réaction du sol (c’est-à-dire le pH) a été établie en laboratoire, si elle est basique ou tend à l’être, peuvent utiliser des engrais ou des améliorants acides, à fonction corrective, ou simplement des engrais acidophiles. Il est également conseillé de tourbe mélangée avec du loam pour être dispersée autour des racines.
  • Si, cependant, la réaction était trop acide et donc au-delà du pH salué par les acidophyles (5,5-6), elle peut être intervenue avec des engrais de base tels que l’urée, le calcium ou le nitrate d’ammonium et aussi du fumier, ou avec des calcaires, des marnes ou de la chaux (150-200 par m²).
  • Si le sol est enfin alcaline-sodium (forte concentration saline et échangeable de sodium), il est corrigé avec du soufre ou du gypse, ce dernier avec une action plus prête. Mais pour les correctifs acides avec des coûts élevés, un correcteur comme la tourbe est souvent préféré, du moins dans les cas où l’alcalinité n’est pas trop entraînée.
  • Pour connaître les doses d’utilisation , soit se fier aux indications fournies par les analyses de laboratoire, soit s’appuyer sur l’étiquette de , bien qu’il existe une relation entre le pH présent dans l’analyse du sol et la quantité de produit à administrer.
  • Par exemple, dans le cas d’un sol alcalin à corriger avec l’administration de gypse, la quantité de correction (Q) à utiliser est calculée comme suit : Q = 0,086 x CSC x h x pa x 1,25, où CSC = capacité d’échange cationique détectée dans l’analyse ; 0,086 = milliéquivalent de gypse ; pa = poids volumique de sol ; 1,25 = coefficient de surtaxe. La valeur obtenue sera ensuite augmentée d’environ 20 % pour tenir compte des impuretés du produit utilisé et du rendement inférieur « au champ » par rapport au rendement théorique.
  • Gardez à l’esprit que le pH est difficilement modifiable parce que, même en fournissant de la chaux vive, de la chaux éteinte, du calcaire ou du calciocyanamide, du soufre ou du gypse, pendant quelques années, le rinçage dû au passage de l’eau dans les couches de terre mélange les particules déclarant à la prévalence du pH initial.

Les autres corrections au sol

Un sol compact est corrigé par l’ajout de sable (4 kg/m²) ; un sol sableux avec une bonne terre fertile (4 kg/m²) ou de l’humus ou du compost (3 kg/m²) ; un peu fertile, pauvre avec de l’humus (5 kg) /m²).

Lesstagnations évidentes de l’eau se corrigent avec l’installation de canaux de drainage profonds (à 80 cm au-dessous dela surface du sol) ; enlever manuellement toutes les pierres des plus grandes jusqu’à 2 cm de diamètre ; lapénurie de minéraux amenant le manquant (dosage variable en fonction du minéral et de la taille de la carence).

Le terrain après les travaux de construction

Vous venez de terminer la construction ou la rénovation de votre maison, et enfin vous prévoyez de vous consacrer au jardin qui l’entoure. Mais la terre sera encombrée de brique, de ciment, de poussière de mortier et d’autres résidus de construction.

Ce sont des matériaux qui doivent être soigneusement éliminés , surtout lorsque le sol est pauvre et pierreux : lorsqu’il est combiné à de faibles précipitations et à des températures élevées, il représente un environnement rugueux pour les légumes.

Laissez les 20 premiers cm de sol, en plus de la couche de brique et de ciment. Remplacez-le par de bons terrains éventuellement tirés de l’excavation d’un autre bâtiment ou, si vous avez été prévu, par le terrain de profondeur résultant de la construction de votre maison, accumulé dans le coin de la propriété, dans la zone la plus éloignée afin de ne pas être contaminé par des briques.

Si vous le pouvez, vérifiez le terrain que vous entrez avant l’ admission pour nettoyer les pierres, les pierres et les débris de diverses sortes. Après avoir posé les 10 premiers cm dans une couche assez uniforme, disposer un couche de fumier (2-3 cm) ou goujon sec (1 cm) qui sera recouvert par la dernière couche de terre de report.

Laissez-le ensuite à la nature  : le fumier améliore la structure du substrat et donnera lentement des éléments minéraux utiles aux plantes ; les processus et les plantes que vous exploitez contribueront à remuer les couches, de sorte que quelques mois après le report, le logement est enfin adapté pour l’agione.

Tag : qu’est-ce qu’un expert foncier ?